Date de sortie de Longlegs : Un thriller diabolique aux frontières de la réalité

image Longlegs

Longlegs : un film d’horreur hors du commun

Date de Sortie et Inspiration de Longlegs

Longlegs sortira au cinéma le 12 juillet. Inspiré par les liminal spaces en ligne, les cursed images transforment l’ordinaire en sinistre en mettant en évidence les zones sombres en périphérie de notre réalité. Longlegs, le dernier film du réalisateur Osgood Perkins (connu pour The Blackcoat’s Daughter), applique cette idée en tordant les éléments familiers du genre pour leur donner une aura de mal interdimensionnel.

image Longlegs

Mélange de Réalisme Macabre et de Surréalisme Déconcertant

Dans cette version d’un thriller de tueur en série, Perkins mêle le réalisme macabre d’une photographie de scène de crime avec la surréalité déconcertante d’un cauchemar. Le résultat est tabou, comme si nous ne devrions pas regarder et pourrions en subir les conséquences. Cette impression diabolique se manifeste dès le début du film, plongeant les spectateurs dans une atmosphère oppressante et intrigante.

Le début sinistre

Introduction à l’Agent du FBI Lee Harker

Après une séquence d’ouverture qui ressemble à un film de famille vintage avant de devenir soudainement terrifiant, Perkins établit un lien entre l’esthétique des crimes réels et le surnaturel psychique avec l’introduction de l’agent du FBI débutant Lee Harker (Maika Monroe). Alors qu’elle explore un quartier de banlieue sans caractéristiques avec son partenaire, l’agent Harker a soudainement l’intuition que leur suspect se cache dans une maison au hasard. À la surprise de tous – sauf du public -, elle a raison.

L’Enquête Déconcertante

Son patron, l’agent Carter (Blair Underwood), charge alors Lee de mener l’enquête sur un groupe de crimes déconcertants. Une série de maisons de banlieue tranquilles ont été anéanties dans ce qui semble être des scénarios classiques de family annihilator (un thème sombre, même pour un mystère criminel). Les preuves semblent indiquer un meurtre suivi d’un suicide, sauf pour un détail étrange : bien qu’il n’y ait aucune trace d’effraction – ni même d’intrusion extérieure dans les maisons – une lettre, écrite en code et signée Longlegs, a été trouvée sur chaque scène de crime.

Le Mystère de Longlegs

Si personne n’est entré avant, pendant ou après les meurtres, comment ces messages ont-ils pu se retrouver dans ces maisons ? Carter soupçonne que ce Longlegs influence les tueurs à distance, c’est pourquoi il fait appel à Harker et à ses capacités psychiques nouvellement découvertes pour résoudre l’affaire. Il dit : « Il leur dit quoi faire à eux-mêmes, entre eux, et ils le font. »

Un mélange de vérité et de fiction occulte

L’Étrangeté des Messages de Longlegs

Les messages de Longlegs sont conçus pour ressembler à ceux du tueur du Zodiaque, et les agents évoquent Charles Manson lorsqu’ils discutent de ses méthodes. L’intégration de ces crimes historiques dans une œuvre de fiction occulte brouille la frontière entre réel et irréel, et est essentielle à l’étrangeté du film. Perkins crée une influence déstabilisante supplémentaire en soumettant Lee – et par extension, nous – à un diaporama de photos d’autopsie (fictives) accompagné d’enregistrements de (fictives) appels au 911, alors que Carter explique les implications de ces crimes à sa protégée psychique.

Effets Visuels et Langage Hypnotique

Ces brefs éclairs de gore et de mutilation sont renforcés par un motif récurrent d’éclaboussure de sang, ainsi que par des inserts subliminaux d’images démoniaques en rouge et noir. Le scénario de Perkins utilise également habilement des phrases étrangement enfantines – grand méchant loup, méchant truc – pour un effet hypnotique.

Une enquête sanglante qui révèle des connexions surprenantes

L’Intrigue Se Complexifie

Lee se plonge dans ce mystère sanglant, et la tension monte lorsqu’elle réalise que Longlegs connaît son nom et où elle vit, et qu’ils se sont déjà rencontrés, il y a longtemps. C’est là que le film devient l’interprétation de Perkins du Silence des Agneaux, avec Monroe dans le rôle de la Clarice Starling de l’histoire.

Rencontre avec Longlegs

Lorsque nous rencontrons enfin Longlegs (interprété par Nicolas Cage), il est le cousin satanique de Buffalo Bill, avec son maquillage et son esthétique glam rock, mais sans l’histoire trans problématique. Au lieu de cela, Cage joue sa version de crooner étrange et tremblotant, à la manière du célèbre Tiny Tim – une affectation qui serait folle de la part de n’importe qui d’autre, mais qui est juste une journée de travail normale pour Cage. Il ne fait aucun doute que Longlegs est l’œuvre d’Osgood Perkins, même lorsqu’il ressemble à celle d’un autre.

La Performance de Monroe

Quant à Monroe, elle est talentueuse et courageuse dans le rôle de l’agent Lee Harker, notamment face à Alicia Witt dans le rôle fragile de sa mère, Ruth. Elle n’arrive pas tout à fait à maintenir le centre de gravité nécessaire pour empêcher Longlegs de se disperser à mesure que le complot se creuse et que les méthodes de meurtre deviennent plus ésotériques.

image Longlegs

Une Final Girl Moderne

Mais Monroe possède une agilité athlétique qui nous fait croire qu’elle survivra jusqu’à la fin, une qualité qui lui a valu d’incarner une final girl dans des films tels que It Follows, The Guest et Watcher. Le terme ne s’applique pas tout à fait ici ; il s’agit d’une enquête, pas d’un film d’horreur classique. Mais l’esprit est le même.

Le style distinctif d’Osgood Perkins

Perkins possède une identité forte en tant que réalisateur, avec une palette de couleurs nuageuses et une esthétique de ferme gothique américaine, comme dans The Blackcoat’s Daughter et I Am the Pretty Thing That Lives in the House. Son style distinctif est reconnaissable, même lorsqu’il semble emprunter à d’autres. Longlegs peut parfois sembler familier, mais avec un filtre maléfique : c’est à la fois une faiblesse et une force. Le surréalisme horrifique de Perkins rend l’étrange familier et le familier étrange, rendant les spectateurs vulnérables – une occasion parfaite pour que l’impie s’infiltre.

Vous pourriez également aimer : Le nouveau film d’horreur Abigail : le meilleur film de l’année ?

Auteur

Carla Vitry, actuellement étudiante en en deuxième année en bachelor chef de projets digitaux. Passionnée par l’histoire, la culture asiatique, les langues et l’automatisation (RPA).

Partagez cet article

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email

News similaires

Les dernières news